Posts tagged "berlin"







#011

Paris, la fin de l’hiver, le printemps, l’été qui ne vient pas, perdre son boulot, être en vacances, avoir le temps, squatter les terrasses, boire trop de café, mettre ses lunettes de soleil trop souvent, rouler un peu n’importe comment, sortir trop, acheter un appareil photo numérique, se prendre au sérieux, se dire qu’on à tort, s’inscrire au pole emploi, les Tuileries et les Champs Élysées déserts, déclarer ses impôts, annuler son abonnement Navigo, essayer de faire de la musique, refaire du photoshop, monter un nouveau vélo, écrire, lancer des projets, essayer d’écrire un business plan, tenter vainement de se justifier, cuisiner veggie, rendre les clés de son appart, faire des cadeaux et avoir une petite boule au ventre.

Londres, le tunnel sous la Manche, rouler à gauche, se perdre, manger trop de burgers, rencontrer les quatre seules personnes connues sur place, expliquer sa situation professionnelle en anglais, beaucoup marcher, se perdre (encore), aborder une parfaite inconnue dans l’Eurostar de retour, et enfin comprendre le charme de la ville, qui m’échappait depuis tout ce temps.

New York, trois ans plus tard, East Village, prendre plein de photos, manger trop de breakfast sandwiches, trop de slices, boire un peu trop un dimanche soir, tipper correctement, se faufiler entre les taxis sur la 5ème, prendre le Williamsburg Bridge sous la pluie (deux fois), faire de jolies rencontres, boire un milkshake dans Central Park, se faire conduire par un chauffeur, tremper les pieds dans la piscine du Standard, dépenser raisonnablement son argent, faire plaisir aux locaux en passant les tracks qui vont bien, être professionnel, descendre toute la 2ème à contre sens, prolonger la nuit jusqu’à beaucoup trop tard, ne pas être sérieux, et se dire sérieusement qu’on essaierait bien de venir vivre ici quelques temps.

Paris, vingt quatre heures, voir un concert au Stade de France, bouffer un dernier kebab, boucler sa valise, prendre quatre fois le RER, dire au revoir à tout le monde, prendre les gens très fort dans ses bras, ne pas chialer dans le bus, se tromper de terminal, réussir à ne pas payer l’excédent de bagages au check-in, somnoler dans la salle d’embarquement, penser à ce qu’on laisse derrière soi, à qui on laisse derrière soi, repenser aux sept dernières années, choisir soigneusement la bande-son de ce vol, dormir dans l’avion, ne pas voir les deux heures de vol passer.

Et au moment d’atterrir, espérer très très fort que l’on a eu raison de prendre cet aller simple.


#012

J’aime de plus en plus les cartes en papier, j’en suis même venu à en acheter une à Paris, six ans après mon arrivée. Pas besoin de batterie, ni de réseau, mais juste d’une poche assez grande et d’un crayon pour gribouiller des trucs dessus. Bref, les cartes en papier ça fait peut-être touriste mais c’est assez chouette à avoir dans son sac.

Pour le moment, mes nouveaux repères ont des noms un peu bizarres : Vinetastrasse, la Fernsehturn (qui agit comme une boussole : en la regardant on sait dans quel sens on est), Frankfürter Tör, Ost Bahnhof, le boulot d’Alexis, le gros skatepark, le Penny, et “tourner à gauche sur Schonhauser Allee pour aller vers le sud”.

Sinon, j’ai découvert que vivre dans le nord de la ville, ça peut vouloir dire faire 11km à vélo pour un vernissage à Neuköln, et ici, tout le monde semble trouver ça complètement normal.



1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Powered by Tumblr. mnchrm theme by bustee.